ESOF 2016 – Manchester

En 2016, l’équipe ProusTime s’est rendue à Manchester pour animer une session d’ESOF (EuroScience Open Forum). Après une présentation du projet intitulée « Thinking Time with Marcel Proust », les proustimiens présents ont pu discuter avec le public et participer à d’autres moments d’échange, notamment lors de l’événement « Pi with the Prof ».

Atelier transversal ProusTime 19 avril 2017

Second atelier transversal Proustime en présence d’Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences sur le thème: «Peut-on prévoir le passé ? Peut-on se souvenir du futur ?»

Réflexion croisée sur temps et progrès avec Isabelle Serça (Littérature), François Charru (Physique), Gabriel Colletis (Economie politique), Maryse Salles (Informatique: systèmes d’information) et Gérard Tiné (Arts plastiques).

Atelier Transversal ProusTime 25 janvier 2017

À la recherche du temps avec le groupe ProusTime
(« Penser le temps avec Marcel Proust, des sciences
humaines aux sciences exactes et aux arts ») : Isabelle Serça
(Littérature), Jean-Marc Devaud (Neurosciences), Gaël
Leroux (Biogéochimie), Colette Zytnicki (Histoire) et Gérard
Tiné (Arts plastiques) proposeront une réflexion croisée
sur temps et mémoire, en présence de Francis Eustache,
Neuropsychologue, porteur du projet « 13 novembre ».

Journée ProusTime à Ulm 5 juin 2015

Cette Journée s’inscrit dans le cadre du programme « ProusTime : Penser le temps avec Marcel Proust, des sciences humaines aux sciences exactes et aux arts ». Ce projet Idex de l’université de Toulouse réunit une douzaine de chercheurs de domaines très éloignés pour penser le temps dans une perspective transdisciplinaire en se fondant sur la représentation thématique et la forme stylistique qu’en offre À la recherche du temps perdu. Entreprise délicate puisque le temps est de ces concepts dits primitifs qu’il est difficile de définir : pour faire court, c’est à la fois la variable « t » dans une équation, ce sentiment de la durée qu’éprouve tout un chacun qu’a décrit Bergson ou bien encore le théâtre où se déroule l’histoire des hommes en société.Ancrer la réflexion dans le texte de Proust évite de verser dans de vaines spéculations théoriques. Partant de termes clefs de l’œuvre choisis pour leur plasticité d’emploi tels que « interpolation », « anachronisme » ou «trace », on s’appuie sur l’acception précise qu’ils prennent dans la Recherche pour examiner comment ils résonnent dans d’autres domaines : histoire, neurosciences, physique. La réflexion nécessite en effet l’élaboration d’un langage commun, sous peine d’incompréhension entre spécialistes de domaines éloignés – langage dans lequel les vertus heuristiques de la métaphore jouent un rôle central. Ce recours aux images que propose le texte littéraire ne se fonde pas sur une quelconque valeur illustrative, mais bien sur un enjeu cognitif : la littérature – et son caractère avant-coureur – est ainsi placée au cœur du dispositif.

Participants :

Pierre-Marc de Biasi, Directeur de recherche au CNRS (ITEM-ENS) et artiste plasticien.

François Charru, Professeur de Mécanique, Université Toulouse – Paul Sabatier, Laboratoire de l’Institut de Mécanique des Fluides.

Antoine Compagnon, Professeur au Collège de France, Chaire de «Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie ».

Alain Connes, Professeur au Collège de France, Chaire d’« Analyse et Géométrie ».

Sylvie Vauclair, Professeur émérite d’astrophysique, Université de Toulouse – Paul Sabatier.

Organisatrice :

Isabelle Serça, Professeur de Langue et Littérature françaises, Université de Toulouse – Jean Jaurès.

 

 

Enjeux cognitifs de la littérature : Penser le temps avec Marcel Proust, des sciences humaines aux sciences exactes