À propos

Le Carnet est le Carnet d’accompagnement du projet de recherche ProusTime, projet IDEX qui réunit une quinzaine de chercheurs des différentes universités de Toulouse et qui est porté par Isabelle Serça, Professeur de Langue et Littérature françaises à l’université Jean-Jaurès. Le projet ProusTime a pour objectif de penser le temps dans une perspective transdisciplinaire, à partir de la représentation et de la forme stylistique qu’en offre À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Il s’agit de confronter les conceptions du temps (et de la mémoire) que proposent différents domaines – des sciences humaines aux sciences exactes en passant par les arts – et de bâtir si ce n’est un modèle, du moins une représentation du temps qui soit fondée sur ces différentes approches, bref qui soit véritablement transdisciplinaire. L’équipe ProusTime témoigne de cette interdisciplinarité, puisqu’elle réunit une historienne, une philosophe, une linguiste, un psychanalyste, un économiste, un politiste pour les sciences humaines et sociales, un mathématicien, un physicien, une informaticienne, une astrophysicienne, un paléoclimatologue, un spécialiste des neurosciences pour les sciences exactes, ainsi qu’un architecte plasticien. Chaque chercheur est amené à définir cette notion de temps dans sa propre discipline et l’usage qu’il en fait dans sa propre pratique de chercheur et d’enseignant. L’ancrage dans le texte de Proust, à partir de l’« écriture du temps » qu’il met en œuvre ou du « temps interpolé » qui est représenté, permet d’éviter de vaines spéculations théoriques sur ce sujet difficile à saisir. On orientera en effet la réflexion à partir de termes clefs de la Recherche soigneusement choisis pour leur plasticité d’emploi tels que « interpolation », « traces », « anachronisme » ou « réminiscence » dont on voit comment ils résonnent dans d’autres domaines – mathématiques, neurobiologie, psychanalyse ou histoire de l’art. Ces notions transversales sont les points d’ancrage du projet dont l’originalité réside précisément dans la volonté de poser des rapprochements précis et rigoureux – fondés sur le texte – entre des domaines très éloignés. Ainsi en est-il du lien entre temps et écriture envisagé à partir du biais de la ponctuation et développé dans le livre d’Isabelle Serça Esthétique de la ponctuation, Écrire le temps (Gallimard, « Blanche », 2012) : la ponctuation est en effet nécessairement liée à question de la linéarité, centrale en linguistique, mais aussi en mathématiques. On le voit, il ne s’agit pas d’analyser les liens entre littérature et les savoirs ou d’examiner comment Proust inscrit dans son œuvre les savoirs de son temps, mais bien plutôt d’interroger les savoirs construits par la littérature, autrement dit de considérer l’œuvre littéraire du point de vue de ses enjeux cognitifs. Que la réflexion soit menée avec des mathématiciens, des biologistes, des historiens, des philosophes, des linguistes, des économistes ou des artistes, le présupposé est que la littérature a un caractère avant-coureur : autrement dit, elle met en scène des phénomènes qui restent encore hors de portée de la modélisation que peuvent en donner les chercheurs en sciences exactes, comme en témoigne la description du fonctionnement de la mémoire par Proust, à laquelle font référence les neurobiologistes. La littérature est ainsi placée au centre du dispositif : le recours aux images qu’elle propose ne se fonde pas sur une quelconque valeur illustrative, mais bien sur un enjeu cognitif. Ces images (comparaisons ou métaphores) seront la base du langage commun que nous devrons élaborer, sous peine d’incompréhension entre spécialistes de domaines éloignés. La publication collective commune mettra en œuvre ce langage commun – langage dans lequel les vertus heuristiques de la métaphore jouent un rôle central.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Enjeux cognitifs de la littérature : Penser le temps avec Marcel Proust, des sciences humaines aux sciences exactes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search